The book of Ivy – Amy Engel

the-book-of-ivy-581703-250-400

Résumé: Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.

J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Un petit moment que je n’étais pas venu ici vous parler de mes lectures, la faute au soleil qui a fait son grand retour et aussi un petit peu parce que je ne savais pas trop quoi vous dire de mes dernières lecture, vue qu’elles n’ont rien éveillé en moi de particulier, et puis il y a eu The book of Ivy…

Je dois avouer que les dystopies à la base c’est pas trop ma tasse de thé, mais ce livre me faisait de l’œil là haut sur son étagère, en plus il me narguait avec sa couleur verte que je ne peux pas atteindre (vous vous rappelez caméléons rose qui peut pas adopter une autre couler que celles qui vont du violet au rose?). Et puis cette couverture avec cette jolie robe et ce couteau, alors je n’ai pas pu résister, je me suis jetée à l’eau.

Alors, plantons le décors, dans un monde post-apocalyptique vit Ivy, sa sœur Callie et son père. Dans leur société de « survivants », une lutte de pouvoir a eu lieu pour savoir qui devait gouverner Westfall. A la fin de cette lutte, le clan des vainqueurs (mené par la famille Lattimer dont Bishop est le fils du président actuel) s’est attribuée les plus beaux quartiers de Westfall. Le clan des perdants (mené par la famille Westfall dont Ivy est la dernière descendante) se retrouve dans la partie pauvre de la ville et aucun de ses membres n’occupe une place importante.

Dans cette société on ne se mari pas par amour, les adolescents de 16 ans passent des tests afin d’être marié au membre du clan adverse qui leur « correspond » le plus. Les femmes non-mariées (qui est vaincu comme une honte) peuvent ont le droit d’exercer un métier, mais attention, rien de folichon, elles sont soit infirmière soit institutrice ou encore secrétaire… Mais que deviennent les femmes mariées me direz-vous? La réponse est simple, elles deviennent des poules pondeuses, telles les femmes des années 50.

Alors que Callie aurait dû épouser Bishop lorsqu’ils ont eu 16 ans, ce dernier a décidé d’attendre 2 ans de plus pour se marier, voilà pourquoi c’est à Ivy que l’on confie la tâche de tuer Bishop alors que c’est Callie qui a été entraînée toute sa vie pour ça.

Un livre palpitant au rythme soutenu. on est blessé avec Ivy, on craint pour sa vie. L’auteur a réussi à me plonger a Westfall où il ne fait pas si bon que ça y vivre.

Bien que la suite ne soit pas encore annoncée en France, on fonce se procurer ce coup de cœur et surtout on ne le lâche pas avant la fin!!!

6 thoughts on “The book of Ivy – Amy Engel

    • Grenadine says:

      Quels sont les points qui t’ont dérangés? N’hésite pas à laisser le lien de ta chronique si ton avis est différent du mien je pense que ça peut être pas mal d’avoir deux avis différents pour les futurs lecteurs

Comments are closed.