Au douzième coup de minuit – Eloisa James

12

Résumé: Réduite au rang de servante depuis la mort de son père, Kate vit sous le joug de sa belle-mère Mariana. L’odieuse femme va bientôt marier sa fille, Victoria, à un éminent parti, mais avant tout, la future épouse doit être présentée au prince Gabriel. Par un coup du sort, Victoria ne peut se rendre au château. C’est donc Kate qui est envoyée à sa place, déguisée en fiancée. Kate va rencontrer Gabriel, un prince aussi charmant qu’arrogant. Un prince pour qui son coeur vacille, mais que le destin s’acharne à lui dérober. Et si un baiser avait le pouvoir de tout changer ? Et si les contes de fées existaient ?

Et si Cendrillon s’appelait Katherine, qu’elle n’avait pas deux sœurs par alliance mais seulement une. Et si sa marraine n’était pas une fée mais une vrai marraine. Ici les souris sont des « rats » ou plutôt des petits chien qui sont au nombre de 3 et appartiennent à Victoria, la sœur de Katherine.  Et enfin, si notre Cendrillon se faisait passer pour sa sœur sur ordre de sa belle-mère, elle doit être présenté au prince Gabriel pour qu’il donne sa bénédiction afin que Victoria puisse épouser lord Dimsdale. Vous suivez?

Katherine n’avait pas prévu qu’à force de joute verbal, elle finirait par s’attacher à Gabriel. Seulement voilà le château de Gabriel est en ‘ »faillite » pour le sauver il doit épouser Tatiana, une riche héritière russe qui grâce à sa dot va permettre à Gabriel de sauver son château.

Un roman qui se lit avec plaisir car pour une fois notre Cendrillon ne se laisse pas abattre, elle reste forte et garde la tête haute, elle est indépendante et n’est pas une petite chose fragile. Eloisa James nous livre une bonne version de ce conte revu et retravailler au moins une bonne cinquantaine de fois.