La lune de miel de Sarah – Dyna Avril

imageRésumé: L’heroine, c’est vous !
Au fil des pages, vous décidez du destin des personnages. A leur place, qu’auriez-vous fait ?

Sarah a tout pour être comblée : job épanouissant, copines géniales et elle s’apprête a épouser le bel Antoine Delage qui faisait rêver les filles au lycée. La vie aurait été parfaite si ce dernier n’avait décidé de ne pas se présenter le jour J. Tant pis, elle profitera en celibataire de sa lune de miel. Et si malgré tout, elle finissait par dénicher le grand amour entre deux valises ?

Images intégrées 1Nisha éditions est une nouvelle maison d’édition qui voit le jour avec trois romans sortis tout les 3 le 20 juin 2015. Oui une maison d’édition parmi tant d’autres me direz-vous, oui mais elle, elle a un truc en plus, c’est quoi? Mis à part de jeunes auteurs très prometteur, chacune des histoires est publiée dans 2 versions, la première Sweet ou la deuxième Spicy. Du coup un peu comme  pour les sauces on choisit si on veut avoir chaud ou pas. Et le deuxième effet Kiss Cool c’est qu’en prime ils éditent une collection « L’Héroïne c’est vous ».

Donc je vais vous parler ici de l’histoire que vous trouverez dans les 2 versions. Dans La lune de miel de Sarah l’héroïne c’est vous. Un peu comme dans les livres que l’on lisait plus jeune « le livre dont vous êtes le héros » sauf que là on a pas besoin de dés, ce sont nos idées et nos opinions qui parlent. Ici on peut pas dire « mais qu’elle cruche cette fille, si j’avais été elle j’aurais fait ça!! »

Lorsque l’histoire commence, on incarne Sarah, qui est en pleine dépression car elle s’est faite plaquer devant l’autel. Le premier choix que l’on nous laisse c’est « avant de partir en voyage de noce (seule, parce que c’est pas parce que Machin (le futur ex époux qui s’appel ici Antoine) ne s’est pas présenté qu’on doit se priver d’une destination de rêve) choisit-on d’aller lui pourrir sa belle voiture qui est pour lui son premier amour?

Quelque soit le scénario choisit, on a même le choix de la fin, oui, oui promis il y a bien une fin alternative, on ne se fait pas « promener » (parole de Grenadine j’ai réessayer en partant de 0 et en changeant les solutions prises).

Alors à lire quelque soit la version parce que pour une fois c’est marrant de piloter l’héroïne, qu’en plus ce n’est pas une histoire mais une multitude d’histoire possible et en prime n’ont pas la même longueur. Ici le jeu de l’auteur arrive à nous montrer qu’avec une même trame de fond, les fins peuvent être différentes (souvenez-vous du film « L’effet papillon »…)